Le patriarche Cyrille a célébré la consécration majeure de l’église de Tous-les-Saints à Strasbourg
Le 26 mai 2019, 5ème dimanche de Pâques, celui de la Samaritaine, Sa Sainteté le Patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie a célébré la consécration majeure de l’église de Tous-les-Saints, et présidé la célébration de la Divine liturgie.

Le chef de l’Église orthodoxe russe concélébrait avec Mgr Hilarion, métropolite de Volokolamsk, président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, Mgr Serge, métropolite de Singapour et d’Asie du Sud-Est, directeur du Secrétariat administratif du Patriarcat de Moscou, Mgr Jean, métropolite de Chersonèse et d’Europe occidentale, Mgr Antoine, archevêque de Vienne et de Budapest, responsable de la Direction des établissements du Patriarcat de Moscou à l’étranger,  Mgr Victor, évêque de Barychevka, représentant de l’Église orthodoxe ukrainienne auprès des organisations internationales européennes, l’archimandrite Philarète (Boulekov), vice-président du DREE, l’higoumène Philippe (Riabykh), représentant du Patriarcat de Moscou au Conseil de l’Europe, recteur de la paroisse de Tous-les-Saints de Strasbourg, le prêtre Maxime Politov, recteur de l’église de la Sainte-Trinité de Paris, l’archiprêtre Vasile Iorgulescu, recteur de la paroisse Saint-Jean-Baptiste de Strasbourg (Église orthodoxe roumaine), l’archiprêtre Georges Gueorguiev, recteur de l’église Saints-Cyrille-et-Méthode de Strasbourg (Église orthodoxe bulgare), le prêtre Daniel Escleine, recteur de la paroisse francophone Saint-Grégoire-Palamas-et-Sainte-Attale de Strasbourg (diocèse de Chersonèse), le prêtre Alexandre Volkov, directeur du Service de Presse du patriarche de Moscou et de toute la Russie, protodiacre Nicolas Rehbinder.

L’office était célébré en slavon d’église et en français.

Parmi les invités d’honneur, figuraient notamment : l’ambassadeur de la Fédération de Russie en France, A. Mechkov, et son épouse ; le représentant permanent de la Fédération de Russie au Conseil de l’Europe, I. Soltanovski et son épouse ; le maire de Strasbourg, Roland Ries ; l’archevêque catholique de Strasbourg, Mgr Luc Ravel ; le représentant de l’Association européenne de Strasbourg, Robert Herrmann, le consul général de Russie à Strasbourg, A. Soloviev, des diplomates de différents pays.

Pour les personnes qui n’ont pu entrer dans l’église et sont restées sur le parvis, l’office était restransmis sur des écrans.

Après la Liturgie, l’higoumène Philippe (Riabykh), recteur de la paroisse de Tous-les-Saints de Strasbourg s’est adressé au patriarche au nom de la communauté : « … Beaucoup de ceux qui sont ici présents ont collaboré à cette œuvre, et vous êtes le premier d’entre eux, Sainteté, car c’est à vous que revient l’idée de créer une paroisse et de bâtir une église ici, à Strasbourg. Nous sommes heureux d’avoir été les collaborateurs de Dieu. Tous les saints, auxquels est consacrée cette église, en particulier les saints du premier millénaire du christianisme qui ont illuminé cette terre de leurs exploits spirituels, ont aussi œuvré avec nous. »
Ayant mentionné sainte Odile, patronne de l’Alsace, qui fit beaucoup pour implanter le christianisme dans la région durant la seconde moitié du VIIe siècle et au début du VIIIe, le père Philippe a offert au patriarche Cyrille une icône de cette sainte, peinte par des iconographes chrétiens. Il a aussi remis au primat de l’Église orthodoxe russe un insigne, réalisé par le sculpteur auteur des mosaïques et des céramiques qui décorent l’église. Le recteur de la paroisse de Tous-les-Saints a souligné que la visite du patriarche était une grande joie, non seulement pour la communauté orthodoxe russe, mais aussi pour tous les habitants de Strasbourg et de sa région.

Au nom des habitants de la ville, le maire de Strasbourg, R. Ries, s’est adressé à son tour à Sa Sainteté. Il a rappelé les débuts de la paroisse, lorsque les fidèles se rassemblaient pour prier dans un garage aménagé en église. Lorsqu’il a été décidé de construire une église, il a fallu d’abord résoudre un certain nombre de questions adminsitratives, chercher un terrain, signer un bail, après quoi la bénédiction de la première pierre a pu avoir lieu en 2014. Le maire a remercié l’architecte russe, Dmitri Pchenitchnikov, et son collègue français, Michel Arnold. « Je pense qu’ils ont fait un excellent travail » a constaté M. Ries, soulignant qu’il n’avait reçu aucune plainte des riverains pendant toute la durée des travaux de construction.

« Désormais, cette église fait partie du patrimoine religieux de Strasbourg, au même titre que la célèbre cathédrale catholique, qui a récemment fêté son millénaire, que l’église protestante, que la grande synagogue, ouverte immédiatement après la guerre, et que la grande mosquée, à l’inauguration de laquelle j’ai participé » a déclaré le maire.

« Que cette église serve à la communauté orthodoxe, aux habitants de Strasbourg et de ses environs. Qu’elle leur permette d’élever leurs prières et de servir le Seigneur, comme l’exige la foi » a conclu Roland Ries.

Ensuite, le chef de l’Église orthodoxe russe a prononcé un discours à son tour, avant d’offrir une icône du Sauveur à la paroisse et de remettre des décorations, notamment à l’higoumène Philippe, élevé au rang d’archimandrite.

Après la liturgie, le patriarche Cyrille a visité le site et les différents locaux, notamment le centre spirituel et culturel, situé près de l’église. Les élèves de l’école du dimanche ont souhaité une bonne fête au primat de l’Église orthodoxe russe, qui avait célébré la veille sa fête onomastique.

***
L’église de Tous-les-Saints est déjà devenu un monument culturel pour Strasbourg, au même titre que les églises russes de Paris, Nice et Cannes. Certains l’ont surnommé « perle de Strasbourg » ou « cygne blanc de Strasbourg ».

A ses débuts, la communauté paroissiale se rassemblait dans un petit local en centre-ville. La communauté francophone du Patriarcat de Moscou à Strasbourg continue à y célébrer l’office divin.

En avril 2007, la paroisse de Tous-les-Saints s’est installée dans un ancien garage, mais le bâtiment est devenu rapidement trop exigu pour une communauté en pleine croissance, et ne répondait pas à ses besoins. Après la visite du chef de l’Église russe à Strasbourg, en 2007, un lent processus de recherche de terrain pour y bâtir une église orthodoxe dans le style de l’architecture russe traditionnelle a débuté. L’arrivée de Roland Ries et de son équipe à la mairie de la ville a donné un nouvel élan aux démarches.

Le 17 janvier 2011, le Conseil municipal a pris la décision historique de céder un terrain à l’Église orthodoxe russe pour la construction d’une église et de bâtiments paroissiaux sur les ries du canal de la Marne, dans le quartier du Quizième Conseil. Le terrain est situé non loin du parc « Orangerie » et des institutions européennes, soit le Conseil de l’Europe, la Cour européenne des droits de l’homme, et le Parlement européen. Les 21 décembre 2012, les autorités ont délivré le permis de construire, signé par le maire, Roland Ries. Le 15 mars, le bail signé entre la paroisse de Tous-les-Saints et la mairie de Strasbourg pour 99 ans, pour la somme annuelle symbolique de 15 euros, est entré en vigueur.

Le 7 décembre 2013, la célébration d’un office d’intercession a marqué le début des travaux, en présence du maire de la ville et des représentants diplomatiques auprès du Conseil de l’Europe.

La bénédiction de la première pierre a eu lieu le 30 septembre 2014. La livraison et le montage de la coupole ont demandé des autorisations spéciales.

Le centre spirituel et culturel, bâti grâce à des dons privés, a été inauguré le 19 mai 2017. Le recteur de la paroisse, l’higoumène Philippe (Riabykh), représentant du Patriarcat de Moscou au Conseil de l’Europe, et le maire de Strasbourg, ont coupé le ruban rouge.

Le 25 mai 2015, fête de l’Ascension, l’higoumène Philippe a consacré la maison paroissiale.

Le centre culturel et spirituel abrite également la Représentation de l’Église orthodoxe au Conseil de l’Europe et l’administration de la paroisse. Il possède une bibiothèque, une salle de conférences, des salles de classe, un réfectoire, différentes pièces destinées au personnel.

Le 4 juin 2017, une première Divine liturgie a été célébrée dans les locaux du centre, en attendant la fin des travaux de l’église.

Le 23 décembre 2018, l’évêque Nestor de Chersonèse (aujourd’hui archevêque de Madrid et de Lisbonne) a célébré la consécration mineure de l’église, où sont depuis célébrés tous les offices.